12 mai 2020

Rouge Et Noir : Ward Continue D’Être À La Hauteur Et De Battre Des Records

Lorsque Lewis Ward analyse son cheminement jusqu’ici, il croit fermement que de se joindre au ROUGE et NOIR d’Ottawa faisait partie de son destin.

« Je me souviens tellement bien de mon séjour universitaire et de tout le travail que j’ai mis afin d’arriver au point où je suis rendu », a dit Ward au OttawaREDBLACKS.com. « Ottawa m’a appelé et c’était là ma seule option et je sens que c’était la seule façon que ça devait être. »

« Il y a des choses qui se placent devant vous, des chemins qui s’ouvrent et vous les prenez et vous devez en profiter. Alors je crois sincèrement que ce qui m’arrive aujourd’hui devait arriver pour moi. »

Depuis son arrivée dans la Ligue canadienne de football (LCF) il y a de cela deux ans avec le ROUGE et NOIR, Ward est devenu l’un des botteurs les plus fiables de la Ligue et il ne cesse de s’améliorer de match en match.

Ward est né en Angleterre, mais à cause du travail de son père, sa famille a déménagé en Suisse lorsqu’il était petit. Avant d’entamer l’école secondaire, la famille a déménagé à Kingston, en Ontario.

Ward excellait au soccer, lorsqu’il était plus jeune, alors lorsqu’il a décidé d’effectuer la transition pour le football, le poste de botteur semblait tout désigné pour lui. Toutefois, avec son gabarit, il était souvent utilisé comme ailier rapproché.

À la suite de sa carrière universitaire, Ward était l’un des botteurs les plus accomplis de l’histoire d’U SPORTS. Il détient toujours le record de son programme universitaire pour le plus de bottés réussis (24) en une saison et pour le plus de bottés réussis en une partie (6). Il est aussi le meneur au chapitre des bottés de trois points réussis en carrière et pour le nombre de points marqués en carrière (412) – il est au quatrième rang de l’histoire d’U SPORTS dans les deux catégories.

Bien qu’il ait connu autant de succès en tant que membre des Gee-Gees, Ward n’a pas été repêché en 2017. De plus, bien qu’il ait eu des entrevues avec plusieurs équipes de la division Est, il n’a pas reçu d’invitation au camp d’entraînement de l’une d’entre elles.

Avec sa carrière de footballeur qui était incertaine, Ward est retourné à l’université pour sa cinquième et dernière année d’éligibilité.

Après avoir décidé d’aller à l’Université d’Ottawa, il avait pris la décision de demeurer dans la capitale nationale toute l’année afin d’avoir un accès plus rapide aux entraîneurs, aux salles d’entraînement et aux terrains qu’offrait le programme universitaire.

Tout en allant à l’école, Ward avait aussi un travail d’appoint. Il avait décidé à l’époque de participer à une foire à l’emploi à la Place TD et il avait ainsi obtenu un poste de gardien de sécurité du stade. Il a pu travailler pendant plusieurs matchs du ROUGE et NOIR, en plus des matchs de la Coupe du Monde féminine de soccer 2015. Il a aussi travaillé pendant la 105e Coupe Grey, présentée par Shaw, en 2017.

Alors qu’il attendait sa chance afin de pouvoir s’améliorer au niveau professionnel, le ROUGE et NOIR a fait appel à ses services avant le début de la saison 2018. Alors que le botteur Brett Maher s’en allait tenter sa chance dans la NFL avec les Cowboys de Dallas, la formation ottavienne cherchait de la compétition à ce poste. Ottawa a donc fait appel à Ward, Richie Leone, Sergio Castillo et Mathieu Herbert.

Le ROUGE et NOIR a tenu une compétition entre les quatre joueurs et Ward a atteint la cible quatre fois sur quatre tentatives.

« Lorsque l’équipe a effectué sa phase finale de coupures, je suis entré pour mes rencontres quotidiennes. Je venais de déjeuner et je me suis assis dans le vestiaire », a dit Ward. « Les affaires de Sergio étaient là, mais je ne l’avais pas encore vu. Nous avons commencé les rencontres et je ne le voyais toujours pas. »

« Nous avons commencé les rencontres des unités spéciales et nous étions, en plus de moi-même, avec LP (Louis-Philippe Bourassa), Tanner – notre autre spécialiste des longues remises, à l’époque – Richie et “coach Dice”. Ce dernier était assis dans la salle de réunion et a dit “Bon, je crois que c’est assez clair. Ce sera notre groupe pour cette année, voici mes attentes et voici aussi notre plan de match.” »

Par la suite, Ward a fait en sorte que la décision du ROUGE et NOIR ait l’air d’un coup de génie. À seulement son sixième match en carrière dans la LCF, Ward a égalé un record des clubs d’Ottawa, alors qu’il a réussi sept bottés de placement en un seul match contre les Tiger-Cats de Hamilton.

Moins d’un mois plus tard, il a battu le record détenu par Luca Congi qui était de 21 placements consécutifs réussis par une recrue.

Ward était sur le pilote automatique, alors qu’il a battu le record de Rene Parades avec 32 placements consécutifs réussis en septembre de cette saison-là – au cours de ce match, il a aussi connu une autre performance de sept bottés de trois points.

Finalement, il a battu le record d’Adam Vinatieri de 44 bottés de placement consécutifs réussis. Ward a terminé l’année avec 51 placements réussis sur 52 tentatives (98 % d’efficacité).

Il a brisé le record de l’histoire de la LCF et celui de Vinatieri devant les partisans d’Ottawa et ses parents ont été en mesure d’y être également.

« Ce fut spécial d’avoir eu la chance d’accomplir cet exploit à la maison, devant mes amis et ma famille. Ce n’est pas tout le monde qui peut vivre ça », a dit Ward. « Je suis chanceux de pouvoir jouer au football si près de chez moi et de voir mes parents dans les gradins à chaque match à domicile. Je les vois après chacune des parties, c’est très spécial. »

Pour ses efforts, Ward a été nommé la recrue par excellence de la LCF en 2018 et il a aidé Ottawa à participer au match de la Coupe Grey.

Ward a poursuivi sur sa lancée de bottés de trois points consécutifs en 2019. Il a atteint le total de 69, avant de rater un botté de 34 verges contre les Ticats, lors de la semaine 10.

« J’étais davantage déçu d’avoir raté ce botté que d’avoir mis fin à ma séquence personnelle », a dit Ward. « C’était frustrant parce que j’ai effectué un mauvais botté. Ce n’était pas un botté affreux, mais pas non plus un excellent botté. Je m’y suis mal pris. »

Malgré tout, Ward a terminé la saison avec 43 bottés réussis en 50 tentatives et il a réussi un botté de 56 verges – son plus long en carrière et un record de franchise.

« IL Y A DES CHOSES QUI SE PLACENT DEVANT VOUS, DES CHEMINS QUI S’OUVRENT ET VOUS LES PRENEZ ET VOUS DEVEZ EN PROFITER. ALORS JE CROIS SINCÈREMENT QUE CE QUI M’ARRIVE AUJOURD’HUI DEVAIT ARRIVER POUR MOI. »

– LEWIS WARD

En vue de la saison 2020, Ward est toujours considéré comme l’un des meilleurs botteurs de la LCF et, à la suite d’une saison 2019 décevante, Ottawa s’est reconstruite.

Avec Paul LaPolice comme nouvel entraîneur-chef et Nick Arbuckle derrière le centre, l’équipe tentera de faire oublier les déboires de l’an dernier.

Ward et certains de ses coéquipiers ont pu vivre les sensations fortes d’une présence à la Coupe Grey. Cette année, le ROUGE et NOIR voudra réintégrer les matchs éliminatoires.

« J’aimerais que nous fassions comme à ma première année dans la Ligue », a dit Ward. « Le but est bien sûr de remporter la Coupe Grey, mais j’aimerais pouvoir contribuer comme je l’ai fait à l’époque afin d’aider mon équipe à remporter des matchs. »

« Autrement, je veux simplement ramener du positif dans tout ce processus. Mettre de côté les déboires des dernières années et recommencer à zéro. »