19 mai 2020

Lattanzio et le ROUGE et NOIR prêts à mettre la saison 2019 derrière eux

OTTAWA – Ettore Lattanzio est un grand adepte des films « Rocky », puisque ceux-ci racontent l’histoire d’un athlète négligé qui parvient à déjouer les pronostics et à atteindre l’objectif ultime.

L’iconique personnage interprété par Sylvester Stallone a déjà dit : « On ne cognera jamais aussi fort que la vie. Ce qui compte, ce n’est pas la force des coups que tu donnes. C’est le nombre de coups que tu encaisses tout en continuant d’avancer. »

Bien qu’il se soit habitué à faire la vie dure à ses adversaires, Lattanzio a dû livrer bon nombre de combats sur le chemin lui ayant permis de se tailler un poste permanent avec le ROUGE et NOIR d’Ottawa.

Plus jeune, Lattanzio s’entraînait pour être boxeur, et son père agissait comme son entraîneur. Il a commencé à pratiquer le football à 11 ans et, en raison de sa taille, il a dû jouer avec un groupe plus vieux. Évoluer sur la ligne défensive lui est venu naturellement, et il a continué à exceller dans cette position.

Il a continué de s’améliorer, et sa passion lui a permis de se tailler une place avec l’équipe de football de l’Université d’Ottawa.

Au cours de ses quatre saisons en tant que membre des Gee-Gees, Lattanzio a pris part à 30 matchs, effectuant 106 plaqués, dont 46 plaqués pour la perte et 31 sacs, sept échappés forcés et trois échappés recouvrés.

Au cours de sa carrière universitaire, il a été nommé sur la deuxième équipe d’étoiles de Sports universitaires de l’Ontario (SUO) en 2012 et sur la première équipe d’étoiles de SUO en 2013 et en 2014. Il a également été nommé joueur de ligne de l’année de SUO et membre de la première équipe d’étoiles de U SPORTS au cours de son avant-dernière campagne. En 2014, Lattanzio a remporté le trophée J.P. Metras, remis au meilleur joueur de ligne du pays.

Il était considéré comme l’un des meilleurs joueurs de ligne défensive disponibles lors du repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF) en 2015, et il savait qu’il avait des chances de se retrouver près de chez lui avec le ROUGE et NOIR. Il a glissé jusqu’au cinquième tour, et Ottawa détenait le premier choix du tour. Cependant, l’équipe s’est tournée vers un autre espoir, et Lattanzio a été choisi par les Blue Bombers de Winnipeg avec le 38e choix au total.

« Je ne pensais certainement pas que Winnipeg allait me repêcher; j’avais parlé à un certain nombre d’équipes, et les Blue Bombers n’étaient pas l’une d’entre elles », a confié Lattanzio au rougeetnoirottawa.com. « Je ne crois pas qu’ils aient tenté de me contacter personnellement, donc ç’a définitivement été un choc. Je pensais que je serais choisi par Ottawa, mais tout arrive pour une raison, et ce n’est que l’une des nombreuses choses qui me sont arrivées. »

Il a participé au camp d’entraînement de Winnipeg et s’attendait à lutter pour un poste sur la ligne défensive, mais l’équipe avait d’autres plans pour Lattanzio. En raison de son physique (six pieds, 230 livres) à l’époque, on lui a demandé de devenir centre-arrière.

Lattanzio n’a joué qu’un seul match avec les Bombers; il a été retranché après la première semaine d’activités de la saison 2015. Il soutient que le même jour où il a été libéré, il a pris l’avion pour revenir à la maison. Il avait appelé son agent pour l’informer, et les deux hommes avaient commencé à discuter des prochaines étapes. Lattanzio savait qu’Ottawa était intéressé par ses services; dès que son vol a atterri et qu’il a allumé son cellulaire, il a découvert qu’il avait une réunion prévue avec la formation ottavienne.

Il a été sans emploi pendant une semaine, puis le ROUGE et NOIR lui a offert un contrat. Et Ottawa est le seul endroit où il a évolué depuis ses débuts dans le circuit canadien.

À sa première campagne, il a disputé neuf matchs, réussissant deux plaqués défensifs, un sac et un échappé provoqué. À seulement sa deuxième année dans la Ligue, le ROUGE et NOIR a atteint le match de la Coupe Grey, où il a affronté les Eskimos d’Edmonton. Le dénouement de la partie n’a pas souri aux Ottaviens, mais l’avenir semblait prometteur pour la franchise.

La saison 2016 s’est pointé le bout du nez, et Lattanzio a obtenu un plus grand rôle au sein du club. De fait, il a joué 17 matchs, au cours desquels il a réussi 24 plaqués défensifs, un plaqué sur les unités spéciales, cinq sacs et un échappé provoqué.

Le ROUGE et NOIR a été sacré champion de la division Est en 2016 et a une fois de plus atteint le match de la Coupe Grey. Opposé aux Stampeders de Calgary – dont la fiche avait été de 15-2-1 en saison régulière – et à leur quart-arrière étoile Bo Levi Mitchell, Ottawa avait tout un défi à relever lors du match de championnat de 2016.

En raison de changements à la formation, Lattanzio n’a pas pris part au match de la 104e Coupe Grey. Cependant, en tant que joueur natif d’Ottawa ayant aidé l’équipe à remporter une coupe Grey pour la première fois en 40 ans, la victoire a été encore plus satisfaisante pour Lattanzio.

« Je ne pense pas que quiconque au sein de l’équipe pensait que nous n’allions pas gagner, même si nous affrontions une excellente équipe en Calgary », a souligné Lattanzio. « Il y avait quelque chose dans l’air, et nous comptions sur un si grand leader en Henry Burris. Nous avions également beaucoup d’autres leaders, mais il s’élevait au-dessus des autres. »

« C’était un moment digne d’un film, et, en quelque sorte, à l’image de notre saison. Nous n’avons pas connu la meilleure campagne du monde, mais nous avons combattu et nous avons prouvé que tout le monde avait tort. Nous l’avons fait. »

Deux ans plus tard, Lattanzio a enfin eu la chance de participer à un match de championnat avec le ROUGE et NOIR, soit lors de la 106e Coupe Grey, à Edmonton. Malheureusement, le club a baissé pavillon devant Calgary, qui a pris sa revanche sur l’équipe qui l’avait battue lors du match de championnat de 2016.

En carrière, Lattanzio a disputé 63 matchs chez les professionnels, et il totalise 70 plaqués défensifs, un plaqué sur les unités spéciales, huit sacs et deux échappés provoqués au cours de cette période. La saison 2019, toutefois, a été la plus difficile, autant pour lui que pour son équipe.

Ottawa a entamé l’année avec deux victoires d’affilée, mais le club a perdu 15 de ses 16 derniers matchs, prenant par conséquent le dernier rang du classement dans la LCF.

« C’est difficile, surtout lorsque vous perdez, car cela révèle les défauts et les failles des gens », a dit Lattanzio. « Quand vous gagnez, tout le monde est content, et les partisans sont en liesse. Mais quand vous perdez, c’est à ce moment que vous découvrez le vrai visage des gens; la pire chose que vous puissiez faire est de commencer à pointer les autres du doigt et à être impitoyables. »

« […] s’il pleut, enfilez des bottes en caoutchouc ou prenez un parapluie. Ne vous plaignez pas que vous ne pouvez pas porter de shorts parce que ce n’est pas une belle journée, faites ce que vous pouvez pour rester au sec. La saison dernière, il a beaucoup plu. Plusieurs choses ont été hors de notre contrôle. Nous ne pouvions pas contrôler la perte de notre coordonnateur offensif et les blessures, par exemple. Ce que nous pouvions contrôler, par contre, c’était la manière avec laquelle nous allions jouer sur le terrain. »

« Nous donnions le meilleur de nous-mêmes. Nous avions simplement besoin d’avoir un peu de cohésion, et nous n’y sommes jamais parvenus. C’est le passé; ça ne sert à rien de battre un cheval mort. Nous en avons tiré des enseignements, et il nous suffit de progresser. »

Lattanzio a passé sa saison morte à s’entraîner et à se préparer en vue de la saison 2020. Sa femme, Julie, et lui ont assisté à la naissance de leur premier enfant, Rosario, en avril. Pendant le congé de maternité de Julie, Lattanzio a accepté des quarts de travail au magasin de bière local, afin d’empocher quelques revenus supplémentaires. Il planifie également sa vie après sa carrière de footballeur, alors qu’il cherche à obtenir son permis de courtier immobilier.

Lattanzio croit que s’il ne devait plus jouer au football, il conserverait un rythme semblable à l’entraînement, puisqu’il aime soulever des poids. Lattanzio est ainsi plus que prêt à recevoir l’appel l’informant que tout est prêt à recommencer, et il espère aider le ROUGE et NOIR à participer de nouveau aux éliminatoires en 2020.