24 juin 2020

Le receveur du ROUGE et NOIR, R.J. Harris, réfléchit à son rôle de papa alors qu’il se prépare pour le deuxième bébé

Une semaine après avoir parlé des joies et des défis d’être père à Malani de sa petite fille de deux ans, le receveur du ROUGE et NOIR, R.J. Harris, s’est rendu sur Instagram le jour de la fête des pères pour partager quelques nouvelles.

« Bonne fête des pères. Un travail si agréable qu’il faut le faire deux fois », a-t-il écrit sous la photo de sa fille, qui porte un t-shirt annonçant qu’elle va être grande sœur.

Même si le vétéran de deux saisons du ROUGE et NOIR se prépare à tout recommencer à l’arrivée de son deuxième enfant en janvier, il serait difficile de trouver un type qui tire plus de profit de la paternité.

« Et pas seulement moi, mais tous les pères, nous en sommes fiers », dit-il en souriant quand on lui demande si sa fille est assez âgée pour profiter de ce que fait son père dans la vie. « Je joue au football pour ma famille et ma fille, pour lui montrer que dans ce monde, avec tout ce qui se passe, il y a des moyens de réussir et de poursuivre son rêve ». 

Pour Harris, la poursuite de son propre rêve l’a jusqu’à présent amené à disputer 30 matchs avec le ROUGE et NOIR, dont une performance de 66 verges lors du match de la Coupe Grey de 2018 contre Calgary. Il est joueur dans la LCF depuis qu’il a eu Malani, qui est elle-même devenue une partisane inconditionnelle du ROUGE et NOIR.

« Elle connaît le football maintenant », dit-il. « Elle a sa propre petite danse de touché qu’elle fait, nous avons une petite poignée de main que nous faisons, donc si je marque, nous faisons toujours notre poignée de main après le match. »

Mais comme peuvent en témoigner tous ceux qui sont attentifs ces jours-ci, il n’y a pas que des sourires et des rires, d’autant plus qu’il élève lui-même « une jeune reine noire » à un moment où la haine et la violence liées au racisme ont pris le dessus. Lorsqu’il s’agit de faire face au racisme dont il serait victime, dit-il, ses parents ont très tôt eu des conversations difficiles avec lui. Il s’est juré, avec sa partenaire Tiff, de faire de même avec ses propres enfants.

Mais il n’y aura pas que des avertissements et des mises en garde, dit Harris.

« Je veux aussi qu’elle sache qu’elle peut être fière de sa peau et qu’elle ne doit jamais se mettre à l’écart de qui que ce soit », dit-il. « Sois fière de ce que tu es et défend ce que tu es avec fierté. Le ciel est la limite et, tant qu’elle poursuivra ses rêves, qu’elle restera en sécurité, je serai toujours à ses côtés ».

Si la perspective sage et paternelle semble découler facilement de Harris, c’est parce qu’elle le fait. C’est aussi probablement une des raisons pour lesquelles il est une source solide de conseils pour les pères dans le vestiaire du ROUGE et NOIR, en particulier pour le récent boom des nouveaux parents sur l’équipe. Cela a conduit à une sorte de renversement de rôle pour Harris et son collègue receveur et vétéran de neuf saisons dans la LCF, Brad Sinopoli.

« Brad a toujours été le vieil homme du groupe », dit Harris. « D’un point de vue footballistique, nous nous tournons toujours vers Brad pour qu’il nous donne des conseils. Mais maintenant, Brad est en train de devenir père, alors il me demande maintenant pour des conseils ».

Blague à part, Harris dit que l’arrivée de nouveaux pères dans l’équipe a été une expérience extrêmement positive.

« C’est cool d’avoir non seulement un lien familial au sein de l’équipe, mais quand nous y intégrons nos enfants, cela nous rapproche encore plus », dit-il.