25 septembre 2020

Entretien avec Lewis Ward

Lewis Ward se sent bien ces jours-ci. Il aimerait bien être le botteur du ROUGE et NOIR d’Ottawa en pleine saison, bien sûr, mais il reste occupé et positif. Après une excellente saison de travail au gymnase avec son coéquipier du ROUGE et NOIR, Brendan Gillanders, il a complété quelques entraînements sur le terrain de la Place TD et « applique ce travail de gym à mes coups de pied ».

Ward a également aidé la prochaine génération de joueurs à son poste, en travaillant avec les botteurs de son alma mater, les Gee-Gees de l’Université d’Ottawa, et même avec les Ravens de Carleton, son rival.

« Oui, c’est contre mes racines », dit Ward en riant, « mais il faut apprendre aux gars qui aiment botter, comme moi, à le faire ».

Lorsqu’il ne donne pas de coups de pied ou n’apprend pas à quelqu’un comment botter entre les deux poteaux, Ward est entraîneur au Titan Performance Centre et entraîne même les équipes de hockey des Gloucester Rangers en force et en conditionnement.

Connu pour son approche calme et équilibrée dans les situations les plus stressantes sur le terrain – bonjour, record du nombre de bottés consécutifs en football professionnel … à tous les niveaux – Ward fait preuve de la même approche dans une année difficile et incertaine.

« J’essaie simplement de faire en sorte que tout fonctionne et de traverser cette période sur une note positive », dit-il.