11 novembre 2020

Brendan Gillanders, du ROUGE et NOIR d’Ottawa, réfléchit sur le jour du Souvenir

Comme chaque année, le jour du Souvenir est un moment bien spécial pour tous les Canadiens et canadien. Cette une occasion pour avoir une pensée pour tous ces gens qui ont sacrifié leurs vies et qui continuent de le faire pour nous donner nos droits et libertés que nous possédons aujourd’hui.

Tout comme des milliers de Canadiens et Canadiennes, à chaque 11 novembre Brendan Gillanders du ROUGE et NOIR à une pensée toute spéciale pour une personne qui lui est très chère, son père, Steve Gillanders. En effet, le père de Brendan est un vétéran de la marine royale canadienne avec qui il a consacré 20 ans de sa vie aux quatre coins du pays.

L’enfance du demi défensif a été marquée par plusieurs déménagements. « Je suis née sur la côte ouest et ensuite nous avons déménagé à Ottawa, Halifax, pour enfin revenir à Ottawa, donc on peut dire que j’ai vécu une enfance militaire typique, » affirme Gillanders. Il se dit chanceux d’avoir voyagé dans toutes ces grandes villes canadiennes.

Reconnu pour sa combativité sur le terrain et ses prouesses physique dans la salle de musculation, Gillanders a toujours eu un énorme respect et une grande admiration pour les traditions qui entourent le jour du Souvenir. « Quand tu grandis dans cette communauté, on réalise très rapidement à quel point la vie militaire peut être difficile pour certaines personnes, pour certaines familles et pour les enfants, » explique Gillanders.

De plus, l’ancien Gee-Gees de l’Université d’Ottawa veut que les gens réalisent qu’être dans l’armée ne signifie pas seulement aller à la guerre. « Même en temps de paix, ils sont à l’étranger et font d’innombrables choses pour aider d’autres pays pour préserver la démocratie », explique Brendan.

Quand Brendan pose un regard sur l’histoire de la première et deuxième guerre mondiale, ainsi que tous les autres conflits, dont le Canada a participé, le jeune homme de 29 ans dit qu’il croit que nous pourrions en faire plus pour commémorer ces gens qui ont fait le sacrifice de représenter notre nation. « Prendre une minute par année pour respecter tout ce qu’ils ont fait pour nous n’est tout simplement pas assez. Selon moi, qui vois ceci de l’extérieur, nous ne pourrons jamais les remercier assez et nous ne pouvons pas comprendre l’étendue de ces sacrifices ultimes, » affirme Gillanders.

« Je lève mon chapeau aux vétérans, à ceux d’aujourd’hui et ceux de demain. Vous avez mon respect ultime, merci. »