@
25 janvier 2017

C’est loin d’être un au revoir | Un message de la part de Henry Burris

Chère RNation,

Ces trois dernières années à Ottawa ont été parmi les plus excitantes de ma carrière et cela n’aurait pas été possible sans vous.

Pour cela, je vous remercie, du fond du cœur, même si les mots ne semblent pas suffisants. Si vous pensez que je n’ai pas remarqué les cris d’encouragement, les affiches et les partisans vêtus de carreauté chaque fois que je foulais le terrain à la Place TD, détrompez-vous! Comme athlète, c’est ce qui nous alimente. Nous avons choisi de pratiquer ce métier afin de voir la réaction sur vos visages lorsque Greg Ellingson capte une passe dans la dernière seconde de la Finale de l’Est, ou lorsque les doigts d’Abdul Kanneh nous ramènent sur le chemin de la victoire au championnat.

Nous avons parcouru beaucoup de chemin depuis cette première conférence de presse et une fiche de 2-16. Nous vous avons promis une équipe qui vous donnerait un sentiment de fierté et ultimement, une victoire à la Coupe Grey. Malgré les moments difficiles du début, vous êtes resté à nos côtés et n’avez jamais perdu la foi. Chaque fois que les lumières de la Place TD étaient allumées, vous avez rempli tous les sièges du stade.

Cette aventure représente la cerise sur le gâteau pour ma famille et moi ! De savoir que mes enfants sont sur le point de devenir des francophones et qu’ils commencent leurs propres aventures tout en regardant papa mettre fin à l’une des siennes dans l’une des plus grandes villes de la planète – c’est pour ça qu’Ottawa demeurera, et ce pour longtemps, notre domicile.

Je n’ai jamais souhaité quelque chose au football autant que je souhaitais aider l’équipe à ramener la Coupe Grey à Ottawa. Des jeunes enfants qui ont assisté à leurs premiers matchs de la LCF cette année, aux générations plus âgées qui attendaient ce moment depuis longtemps– je suis honoré de partager cette victoire avec vous. Si vous êtes demeurés avec nous lors de la tempête de neige de la Finale de l’Est, si vous avez décidé de rester aux matchs pendant les averses, si vous vous êtes assis sous un soleil plombant pour regarder un entraînement ou si vous êtes restés réveillés pour nous regarder jouer dans l’Ouest, une partie de cette Coupe Grey vous appartiendra pour toujours.

Et c’est tout ce que je voulais faire. Gagner. Célébrer avec vous tous. Et nous avons réussi.

À travers les hauts et les bas, l’engouement et les doutes, en fin de compte nous sommes tous membres de la même famille. Nous avons toujours cru et n’avons jamais hésité. Quarante ans de patience auront été récompensés. Merci Ottawa – nous sommes les champions !

Mais c’est loin d’être un au revoir. Le prochain chapitre s’apprête à commencer.

À bientôt,

Henry Burris