@
9 novembre 2017

Harris prêt pour son moment en séries éliminatoires à Ottawa

Trevor Harris n’est pas un joueur recru. Il n’est un jeune quart qui tente de décortiquer le jeu de la LCF. Et il ne tente plus d’apprendre le plus possible d’un quart d’expérience qui joue devant lui.

Ce qu’il est, est un quart élite qui a finalement la chance pour laquelle il a travaillé avec acharnement depuis qu’il a fait ses débuts dans la ligue avec Toronto en 2012. Depuis ce temps, le joueur âgé de 31 ans a participé à 55 matchs dans la LCF. Il a lancé 1 534 passes, complétant 1 081 de celles-ci pour des gains de 13 039 verges et 82 touchés.

Mais il n’a  jamais été partant pour un match des séries éliminatoires. Pas avec les Argos, ou il a joué derrière Ricky Ray, et non plus à sa première année avec Ottawa la saison dernière, avec Henry Burris tenant bon malgré une blessure au genou pour remporter un premier championnat de la LCF pour Ottawa en 40ans, gardant Harris dans son rôle de réserviste.

Cette fois, par contre, il n’y a pas de doute qui sera derrière le centre dimanche alors que les Roughriders de la Saskatchewan rendent visite à Ottawa pour la demi-finale de la Division Est. Ce sera Harris qui lancera les passes à Greg Ellingson, remettra le ballon à William Powell et répondra aux versions variées des mêmes questions dans les jours menant au match.

Alors, Trevor, comment te sens-tu en te préparant pour ton premier départ dans un match des séries éliminatoires de la LCF ?

« C’est quelque chose que j’attends depuis longtemps, » explique le quart qui a terminé la saison régulière au quatrième rang au chapitre des verges par la passe avec 4 679, malgré son absence en raison de blessure. « Les dernières années, j’étais heureux de participer au processus, mais je suis excité d’avoir la chance de jouer et d’apporter ce que je peux. »

Le ROUGE et NOIR a été forcé d’attendre le résultat du match entre Toronto et la C.-B. du week-end dernier pour savoir si l’équipe allait accueillir la demi-finale ou la finale de la Division Est. Avec le premier scénario devenant une réalité, Harris dit que le calendrier devrait favoriser son équipe.

« Je me demandais comment tout le monde se sentirait sans le congé, mais je pense que nous sommes soulagés d’avoir la chance de jouer, » dit-il. « Ça aurait été un long congé, » (avec le ROUGE et NOIR ayant déjà deux semaines de congé lors des trois dernières semaines du calendrier).

« Nous sommes excités, prêts à jouer. Nous sommes heureux de notre rendement alors c’est simplement une question d’exécuter notre style de jeu e advienne que pourra. »

Harris ne s’attend pas d’être nerveux avec le match de dimanche contre la Saskatchewan qui arrive à grands pas, et il ne changera pas son approche non plus.

« C’est du football des séries éliminatoires alors l’intensité sera augmentée, mais je ne changerai pas qui je suis, que ce soit pour un match préparatoire, un entraînement ou le match de la Coupe Grey, » explique-t-il. « Ce sera 12 contre 12 et je ne peux pas changer qui je suis. »

Harris a également hâte de jouer devant la foule à domicile dans une atmosphère qui promet d’être bruyante et de fête à la Place TD.

« C’est excellent que nous n’ayons pas à rendre visite à la Saskatchewan et de s’inquiéter du bruit de la foule – c’est plutôt eux qui devront s’inquiéter de la nôtre, » dit-il. « Nous avons très hâte de voir la RNation et leur niveau d’énergie. »