21 novembre 2018

106CG : Les champions de l’Est débarquent à Edmonton

EDMONTON – Fort de son imposante victoire de 46-27 face aux Tiger-Cats de Hamilton, lors de la finale de l’Est, le ROUGE et NOIR d’Ottawa est arrivé à Edmonton, mardi soir, pour y disputer la 106e Coupe Grey, présentée par Shaw, ce dimanche (RDS – 18 h HE).

Cinq heures d’avion plus tard, l’entraîneur-chef et quelques joueurs du ROUGE et NOIR se sont retrouvés sous les feux de la rampe afin de répondre aux questions des médias.

Bien sûr, il a été un peu question de la suspension du demi défensif Jonathan Rose.

Que dis-je? Un peu? Il en a été beaucoup question…

« Je sais qu’il ne voulait pas bousculer l’arbitre sur les lignes de côté », explique l’entraîneur-chef Rick Campbell. « Bien sûr, il faut faire attention à ces mêlées après le sifflet. Si l’on veut éviter tout genre d’infraction, il faut essayer de se tenir loin de tout cela. »

Je n’en écrirai pas plus… Revenons au football…

En vue de cette finale de la saison 2018 de la Ligue canadienne de football (LCF), plusieurs analystes se plaisent à dire que les Stamps seront les favoris et donc que le ROUGE et NOIR campera le rôle du négligé.

Vraiment?

Bien qu’Ottawa montre une fiche de 0-2 en saison régulière contre Calgary en 2018, les éliminatoires et, plus particulièrement, la Coupe Grey, n’ont rien à voir avec tout cela.

Tout de même… On y pense, hein?

« Je vais donner tout le crédit à Calgary, cette saison », dit Campbell. « Nous avons eu de la difficulté à marquer des points, lors de ces deux rencontres. Surtout celle à la maison, où les Stamps nous ont dominés du début à la fin. »

Mais une fois l’attaque démystifiée, les verges de gains se sont mises à s’accumuler, ainsi que les points. Si bien qu’Ottawa a terminé la saison régulière 2018 avec une fiche de 11-7. Quatre matchs au-dessus de 0,500. Presque aussi bien fait que la fiche de 12-6, lors de la saison 2015 – la deuxième année d’existence du ROUGE et NOIR.

Et depuis 2015, le ROUGE et NOIR en est à sa troisième participation au match de la Coupe Grey, mettant la main sur le précieux trophée en 2016. Bien qu’il y ait eu quelques changements dans la formation, l’organisation connaît la danse et elle sait comment gagner.

Négligé, dites-vous?

« En 2015, nous n’avions que deux ans d’existence », dit Campbell. « Nous étions très excités, en tant qu’organisation, d’être parvenus au match de championnat. »

« Maintenant, nous ne sommes plus l’équipe d’expansion que nous étions. Celle qui surprend. Nous sommes une équipe de la LCF parmi les autres, qui travaille fort, année après année, afin d’atteindre ce match ultime. »

« Nous savons à quel point c’est difficile d’y arriver et nous sommes très reconnaissants vis-à-vis de la chance que nous avons. Nous serons prêts dimanche. »

Trevor Harris voudra confondre les sceptiques et mener le ROUGE et NOIR à la victoire, dimanche prochain (Walter Tychnowicz/CFL.ca).

Un premier match de la Coupe Grey comme partant

Ce sera son tour.

Le quart-arrière du ROUGE et NOIR ne pourra plus se cacher derrière un vétéran, lors du match ultime.

Pas qu’il se cachait, mais disons que maintenant c’est lui le vétéran, le leader, le capitaine de son équipe. Celui qui devra les mener à la victoire.

« Je crois que ce que j’ai appris de mes expériences de second violon lors des matchs de championnats de 2012 et de 2016 c’est que c’est beaucoup plus gros à l’extérieur que de l’intérieur », explique sagement Harris.

« Les médias sont là et il y a toute une fête autour de ce match, mais pour moi, ce sera simplement de rester concentré et de me préparer pour cette rencontre importante, comme je le ferais pour toutes les autres. »

« Nous sommes excités d’être ici, mais nous ne sommes pas satisfaits. Nous allons travailler dur afin d’être prêts pour dimanche. Et le tout commence mercredi, lors de notre première séance d’entraînement. »

Le receveur canadien Brad Sinopoli – lui qui a cumulé 1376 verges de gains et quatre touchés, en 116 réceptions, lors de la saison régulière — a attrapé des passes de Henry Burris, lors de la victoire de la 104e Coupe Grey et a même été couronné joueur canadien par excellence, lors de cette rencontre.

Il voudra maintenant répéter l’exploit avec Trevor Harris derrière le centre.

« Trevor a aussi de l’expérience », dit Sinopoli. « Pas autant que Burris en avait en 2016, mais il en a. Il est un quart-arrière très méthodique dans sa préparation, dans sa façon d’assimiler l’information, dans sa façon de penser. Il voudra très certainement confondre les sceptiques. »

Rappelons-nous qu’avant la victoire de la semaine dernière, à Ottawa, Harris n’avait jamais remporté de victoire en matchs éliminatoires, en tant que partant.

Parions qu’il voudra en mettre plein la vue dimanche prochain, au Terrain Brick du stade du Commonwealth.