16 juin 2020

Timothy Flanders veut que vous écoutez

Timothy Flanders, au moment de l’entrevue, est censé être à Ottawa se préparant pour affronter les Argonauts de Toronto vendredi soir pour son premier match en tant que ROUGE et NOIR.
Au lieu de cela, le jeune porteur de ballon de 28 ans est chez lui au Texas, se tenant prêt pour une éventuelle saison, vivant selon les règles de la pandémie et, plus important encore, étant une voix active contre le racisme et la brutalité policière.


Flanders, né à Oklahoma et issue de l’Université Sam Houston State, a signé un contrat d’un an avec Ottawa le 27 décembre dernier après avoir passé une partie de ses trois dernières saisons avec les Blue Bombers de Winnipeg. Un peu moins de deux mois plus tard, l’Amérique du Nord, ainsi qu’une grande partie du monde, a fermé ses portes à cause de la crise du Covid-19. Environ deux mois plus tard, George Floyd est mort alors qu’il était détenu par la police. L’officier qui a été vu agenouillé sur le cou de Floyd pendant les huit minutes de la vidéo a été accusé de son meurtre, les autres officiers étant complices. La mort de Floyd a mis en lumière le racisme systémique et la brutalité policière dans le monde entier, offrant ainsi une plus grande tribune à de nombreuses voix longtemps ignorées.
Flanders, comme beaucoup de ses coéquipiers et collègues de la LCF, a saisi l’occasion pour s’exprimer, en plaidant pour que les gens écoutent et comprennent mieux les injustices dont sont victimes les Noirs partout, y compris au Canada.
Bien que sa voix soit fièrement entendue – notamment par des tweets réguliers et une apparition sur une vidéo réalisée par James Wilder Jr. des Alouettes de Montréal, dans laquelle des joueurs de toute la ligue s’expriment pour condamner le racisme et la brutalité policière – Flanders a déclaré qu’il portait un poids sur ses épaules.
« C’est fatiguant (mais) je m’en sors mieux qu’avant », dit-il. « Nous ne devrions pas en être là maintenant ; cela aurait dû être réglé il y a un moment déjà. La différence maintenant, c’est que plus de choses sont enregistrées, ce qui permet aux gens de voir plus facilement ce qui se passe. Mais les gens réagissent et protestent ; je pense que cela va améliorer la situation ».
Flanders souligne que ce ne sont pas seulement les actes de racisme les plus évidents qui doivent être éduqués hors de la société, mais aussi les micro agressions qui rabaissent quelqu’un à cause de sa race.
« Parfois, il suffit d’entrer dans un endroit et les gens essaient simplement de mieux vous traiter pour que vous vous sentiez à l’aise », dit-il. « Traitez-moi comme tout le monde ici. Je suis comme lui, je suis comme elle. N’essayez pas de mettre la barre plus haut parce que je suis entré dans la pièce ».
En ce qui concerne le racisme au Canada, Flanders pense que c’est une occasion d’apprentissage importante.
« Le Canada voit ce qui se passe vraiment », dit-il. « Je ne pense pas qu’ils aient le problème autant que nous aux États-Unis ; je ne pense pas que leurs policiers tirent sur des hommes noirs non armés encore et encore. »
« Mais le racisme est partout. Il y aura aussi un changement au Canada. Les gens protestent partout dans le monde. »
Ce qui est fatigant, explique-t-il, c’est que même si les gens sont attentifs aujourd’hui, ce n’est pas nouveau pour les personnes qui ont été victimes de racisme pendant des générations.
« C’est ce qui se passe, ce genre de choses se passe. Il n’est pas trop tard, mais à l’époque, nous avons essayé de le dire aux gens et ils ne voulaient pas le voir ou le croire ». 
Flanders, père d’un jeune garçon, doit aussi trouver comment exprimer ces problèmes avec des mots que son enfant peut comprendre.
« Comment expliquer cela à votre enfant ? J’ai dû le lui expliquer l’autre jour. Je suis dur avec mon fils, mais je lui dis que la seule raison pour laquelle je suis dur avec lui, c’est parce que je l’aime tellement. Le monde ne va pas s’en soucier, il ne va pas t’aimer comme je le fais ».
En résumé : « Nous voulons juste que tout le monde nous écoute, qu’il comprenne ce que nous vivons. Écoutez, je suis ouvert à une conversation. Je veux juste que vous compreniez notre situation ».
Flanders se tient prêt :
Tout en reconnaissant qu’il se passe beaucoup plus de choses importantes dans le monde que le sport en ce moment, Flanders a tweeté une pensée sur le football en début de semaine.
« Aujourd’hui aurait dû être le premier jour », écrit-il, en faisant référence au premier jour d’entraînement complet d’une semaine de match.
Flanders, qui était l’invité de la soirée d’ouverture virtuelle du ROUGE et NOIR vendredi soir dernier, a déclaré qu’il était difficile de ne pas être entouré de ses nouveaux coéquipiers et entraîneurs, dont beaucoup lui sont déjà familiers.
« Se préparer pour un vendredi soir sous les lumières, juste être avec les gars et vivre le moment présent », dit-il. « C’est la meilleure partie de tout ça. »
Quant à ceux qu’il connaît déjà en arrivant dans sa nouvelle maison à Ottawa, cela commence par l’entraîneur-chef Paul LaPolice, qui était coordinateur offensif des Blue Bombers lorsque Flanders étaient à Calgary. Après avoir été libéré de la liste d’entraînement de Calgary à la fin de la saison dernière, Flanders a eu des nouvelles de LaPolice peu après que ce dernier ait signé comme deuxième entraîneur-chef de l’histoire du ROUGE et NOIR. 
« Coach LaPo a dit : « Si nous avons un contrat pour toi, es-tu prêt à venir jouer pour moi ? Flanders explique, ajoutant que la décision de signer avec le ROUGE et NOIR a été « assez facile ».
Son coéquipier John Crockett était un rival universitaire de la Flanders – « nous avons joué l’un contre l’autre lors de deux matchs de championnat national » – et il connaît le quart-arrière Nick Arbuckle. « Il m’a beaucoup aidé à Calgary », dit-il. Il connaît également le quart-arrière Dominique Davis pour le temps qu’ils ont passé ensemble à Winnipeg.
« J’ai hâte d’arriver à Ottawa. »